Partagez
Aller en bas
Admin
Messages : 6
Date d'inscription : 20/06/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://lambsauce.forumactif.com

Un homme à la mer

le Mar 10 Juil - 3:29
Écrit le 10/07/2018
Genre : Mémoire
Synopsis : Pris dans une tempête, un homme cherche de l'aide.




Je vivais sur un bateau d'une douzaine de mètre sur la côte est de la Floride. J'étais au bout du quai à environ 300 mètres de la rive. Le bateau était dans un un état de délabrement avancé, le moteur inutilisable, le gouvernail bloqué et plus aucune voile. Quelques infiltrations d'eau permettaient à une flore d'algue verte de s'épanouir à l'intérieur de l'habitacle. Mais le plus critique de tous les problèmes était qu'il n'y avait aucune source interne d’énergie. J'étais entièrement dépendant de l'alimentation provenant du quai. Point positif, j'avais quand même la télé satellite.

Je ne sais pas trop comment mais apparemment j'avais raté l'information comme quoi une tempête tropicale arrivait. On est en Floride après tout.
La nuit qui précédait j'avais fumé pas mal de weed et je me suis couché/évanouit sur le canapé devant la télé.
À mon réveil, il pleuvait presque autant dans ce qui pouvait s’apparenter à mon salon que dehors. La cale était remplie d'eau, ce qui arrivait souvent quand il pleuvait mais là il y en avait plus que d'habitude. Bon encore embrumé par ce que j'avais fumé la veille, je suis parti pisser, ai fais chauffer un café et m'en suis roulé un autre. Sirotant mon café devant la télé, un message d'alerte est passé : «Ceci est une alerte à l'ouragan. Des vents jusqu'à 200km/h sont attendus. Ne quittez pas votre maison ou cherchez un abri si vous n'êtes pas chez vous. Attention aux débris portés par le vent. Les services d'urgence sont indisponibles.». Un truc dans le genre. Pour résumer, c'est la merde et personne peut vous aider.

Réalisant doucement la situation, je fis le point : Mon bateau tanguait pas mal, il y avait de l'eau un peu partout et de grosses vagues s'éclaboussant sur mes hublots verdis par les algues rendaient la vision presque nulle. Je décidai de sortir dehors. Je fus accueillis par des gouttelettes d'eau glacées poussées à je ne sais combien de km/h qui étaient comme des aiguilles. Mes yeux encore à moité fermés, je ne voyais rien pas de quai, pas de rive, pas d'autre bateau, rien, que cette pluie et ces vagues à perte de vue.

Je suis rentré et me suis demandé ce qui a bien pu se passer. Je suis vite arriver à la conclusion que la berge, pour partie pourrie, à laquelle était attaché mon bateau avait dû se rompre et que j’étais maintenant à la dérive. J'ai cherché mon portable et l'ai trouvé sous quelques centimètres d'eau. Il ne marchait plus.

Je commençai à paniquer mais tentant de garder mon sang froid, je fis l'inventaire de ce qu'il me restait : Quelques litres d'eau, mais je pourrai toujours boire l'eau de pluie si elle venait à manquer, quelques conserves, et quelques grammes de cannabis miraculeusement encore secs. Aucune fusée de détresse, pas de canot ni de gilet de sauvetage. Je me suis souvenu que j'avais une radio. Je ne savais pas trop comment elle marchait mais je l'ai quand même allumée.

Je passai toutes les chaînes en répétant en boucle «Mayday ! Mayday ! Vaisseau à la dérive ! Je suis (mon nom) capitaine du (nom du bateau), dernier emplacement connu : (le nom de mon quai). Demande d'aide d'urgence !». Finalement j'eus une réponse. La réponse était assez inaudible, parasité par le bruit blanc. Puis tournant quelques boutons, elle s'est clarifiée. C'était la voix d'un vieux monsieur. Il me sort, je ne rigole pas : «Vous avez oublié de finir par ''terminé''. Terminé.»

Sérieusement, j'étais à la dérive au milieu d'une tempête tropicale avec un bateau en ruine cherchant désemparement de l'aide et il me faisait des réprimandes sur l'étiquette à adopter. Soit. Je répétai mon message précédent en mettant l'emphase sur ''terminé''.

Il me répond et me dit de garder mon calme, la tempête devrait bientôt passer. Il me dit que je suis dans une zone relativement fréquentée par des bateaux marchands et de plaisance et que si jamais je ne recevais pas d'aide d'ici là il viendrait avec son bateau de pêche d'ici une heure. Et il me demande si je peux sortir et chercher des repères géographiques. Terminé.

«J'ai déjà essayé et c'est impossible car la pluie et le vent sont encore trop violents. Terminé.»

«Avez-vous des lunettes de plongée ou n'importe quoi avec quoi vous pourriez regarder à travers. Terminé.»

J'ai trouvé un Tupperware plus ou moins transparent et lui dis que j'allais tenter une sortie. Terminé.

«Ce n'était pas très efficace et je n'ai pas plus d'information. Terminé.»

«Bon tant pis.» me dit-il. «Donnez moi des détails sur l'état de votre navire.Terminé.»

«Le moteur est hors-service, le gouvernail bloqué et je n'ai plus de voiles. L'eau entre par la cale et le plafond, elle est presque au niveau de mon genou. Terminé.»

«Vous n'avez pas de pompe ? Terminé.»

«Si mais elle ne marche plus. Terminé.»

«Très bien, combien de temps vous reste-il sur vos batteries ? Terminé.»

«Je n'ai pas de batterie. Terminé.»

Il y eut une pause.

«Avec quoi fonctionne votre radio ? Terminé.»

«C'est sûrement la prise électrique. Terminé.» Ai-je répondu instinctivement.

Il y eut une seconde pause.

«Êtes-vous sûr d'être à la dérive ? Terminé.»

En y repensant, la télé était en marche, la machine à café fonctionnait et j'étais entrain d'utiliser la radio. Ça aurait impossible si je n'étais pas connecté à la berge.

«Euh … Je ne crois pas. Terminé.»

Il y eut une troisième pause. Quand il reprit la parole, je pouvais l'entendre se retenir d'éclater de rire.

«Avez-vous encore besoin d'aide ? Terminé.»

«Non, je crois que c'est bon. Terminé.»

Le ciel s'éclaircit après une dizaine de minute. La digue était couverte d'algue et de débris mais j'y étais encore bien ancré.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum